D’après une étude réalisée par le Forum des sciences sociales appliquées, l’Institut arabe des droits de l’Homme et l’Observatoire arabe de la jeunesse sur « les Tunisiens et la liberté de conscience », ces derniers seraient encore tiraillés entre les valeurs conservatrices et le tropisme moderniste (Businessnews, 15 mai 2015). C’est dire que la liberté de croyance, l’attachement aux valeurs modernistes et le respect du sacré, gravés dans le marbre constitutionnel, ne se sont pas en un clin d’oeil devenues des normes sociales partagés par tous. Selon l’étude, 39% d’entre nous seulement se disent respectueux des autres croyances, 28% seulement soutiennent la liberté de conscience. En revanche 91% se disent en même temps favorables à la diffusion du message islamique en dehors des pays musulmans et défavorables au prosélytisme des autres religions en Tunisie

Liberté de conscience, la chose la mieux partagée ? Voire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *