La Tunisie s’enorgueillit d’être parmi les premiers pays à abolir l’esclavage, dès 1846. Pourtant, les représentations «culturelles » méprisantes à l’encontre des noirs sont monnaie courante. Et il arrive qu’elles affleurent dans l’espace publique sous des formes violentes. Comme en témoigne tout récemment encore la cabale et les agressions dont furent victimes des étudiants africains à la suite de la défaite de la sélection tunisienne contre la Guinée équatoriale lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations.

Un racisme bien de chez nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *