CRLDHT: Newsletter Novembre – Décembre

Madame, Monsieur,

Face à la situation que connaît actuellement la Tunisie, le Comité pour le respect des libertés et  les droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT, association créée en  1996) a estimé nécessaire de publier une lettre d’information mensuelle.

Rédigée en trois langues (arabe, anglais, français), cette Lettre s’adresse à celles et à ceux qui ont à cœur l’avenir de la démocratisation dans ce pays.

Novembre / Décembre 2015

Vous souhaitant bonne lecture.

Sommaire

Edito :

Combattre le terrorisme en citoyens libres

Infos :

  1. Jeunes de Douar Hicher et Cité Tadhamen : la radicalisation est fille de la misère
  2. Eviction de 50 imams par le nouveau ministère des affaires religieuses
  3. Le dossier des martyrs et blessés de la Révolution transféré à des tribunaux Spécialisés
  4. Harcèlement sexuel : la violence et l’omerta
  5. Gardes chiourmes de la forteresse Europe ?
  6. Lorsque la déontologie sert d’alibi pour circonscrire la liberté de presse
  7. Maroc : toujours plus de régression

 

Télécharger (PDF, 255KB)

CRLDHT: Septembre / Octobre 2015

Madame, Monsieur,

Face à la situation que connaît actuellement la Tunisie, le Comité pour le respect des libertés et  les droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT, association créée en  1996) a estimé nécessaire de publier une lettre d’information mensuelle.

Rédigée en trois langues (arabe, anglais, français), cette Lettre s’adresse à celles et à ceux qui ont à cœur l’avenir de la démocratisation dans ce pays.

Septembre / Octobre 2015

Vous souhaitant bonne lecture.

Sommaire

Edito :

Les poissons… et nous

Infos :

  1. Une démocratie sans la participation des femmes n’en est pas une
  1. L’ARP et le CSM
  2. Économie : péril en la demeure ?
  3. Crise des réfugiés syriens… en Tunisie
  4. L’affaire Soufiane et Nadhir : une année déjà
  5. Un projet de loi contre la traite des Personnes
  6. Loi anti-drogue : quoi de neuf ? 
  7. Maroc : la liberté de circulation encore en cause
  8. Egypte : libération d’une centaine de militants

 

Télécharger (PDF, 1004KB)

CRLDHT: Nesletter Juillet – Aout 2015

Madame, Monsieur,

Face à la situation que connaît actuellement la Tunisie, le Comité pour le respect des libertés et  les droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT, association créée en  1996) a estimé nécessaire de publier une lettre d’information mensuelle.

Rédigée en trois langues (arabe, anglais, français), cette Lettre s’adresse à celles et à ceux qui ont à cœur l’avenir de la démocratisation dans ce pays.

Juillet – Aout 2015

Vous souhaitant bonne lecture.

Sommaire

Edito :

Corruption : la boucle est bouclée

Infos :

  1. Un projet de loi pour le moins controversé
  2. Des séries télé équivoques
  3. International Crisis group : l’urgence de réformer la Sécurité
  4. Mariage des Tunisiennes avec des non Musulmans
  5. Un accord historique entre la Ligue et le ministère de la Justice
  6. Polémique autour de l’affaire Mahmoudi
  7. Raba’a deux ans après

 

Télécharger (PDF, 295KB)

Nous n’oublions pas le courage de Mokhtar Yahiaoui.

اللجنة من اجل احترام الحريات وحقوق الإنسان في تونس

C.R.L.D.H. Tunisie

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie

The Committee for the Respect of Liberties and Human Rights in Tunisia

Membre du Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme

21ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS  –

crldht@gmail.com

_________________________________

Paris – Tunis le 23 Septembre 2015

 

Nous n’oublions pas le courage de Mokhtar Yahiaoui.

 

Le CRLDHT tient à exprimer sa grande tristesse après la brusque disparition du militant Mokhtar Yahiaoui. Le juge Yahiaoui était parmi les premiers à défendre l’autonomie de la justice du temps de Ben Ali. Sa lettre ouverte au Président de la République et président du conseil supérieur de la Magistrature célèbre : «  La justice tunisienne est sous l’emprise d’un groupe d’opportuniste et de zélateurs qui ont réussi à mettre en place une justice parallèle en dehors de toute légalité » (6 juillet 2001)

Cette lettre reprise par les grands médias internationaux a provoqué une fissure dans le mur de la peur composé par Ben Ali. Le régime de ce dernier s’en est fortement ému et procédé à la révocation du Juge rebelle le privant de tout revenu.

Mokhtar Yahiaoui ne reculera pas et on le retrouvera parmi les grévistes de la faim, le 18 octobre 2008, pour la liberté et la démocratie. Depuis il n’a cessé d’être encourageant de toutes les initiatives militantes. Le CRLDHT salut solennellement la mémoire du disparu et présente ses condoléances profondément attristées à la famille et à ses amis.

Mokhtar Yahiaoui demeurera un symbole de lutte pour l’indépendance de la justice au temps de la dictature

 

Des associations appellent à un audit au sein de l’établissement de la Télévision tunisienne

Tunis le 8 septembre 2015

Des associations appellent à un audit au sein de

l’Etablissement de la Télévision tunisienne

pour identifier les obstacles entravant sa réforme

 

Les associations sous-signées mettent en garde contre le danger que représentent la tension et les dissensions qui ne cessent de croitre depuis mars dernier, au sein de l’Etablissement de la Télévision Tunisienne (ETT).

Elles dénoncent également, les allégations au sujet de sa gouvernance, et attirent l’attention sur les répercussions négatives que pourrait avoir ce climat malsain sur le droit du citoyen tunisien à des médias publics indépendants et respectueux des règles et de la déontologie de la profession. Un tel climat pourrait aussi compromettre l’avenir de ceux qui travaillent dans cet établissement public.

 

Ces associations tiennent à souligner que les institutions de l’Etat qui ont contribué à la nomination d’un président directeur général à la tête de cet établissement public, en juin 2014, se sont basées sur un mécanisme transparent mettant les critères de la compétence, de l’expérience et de l’Independence d’esprit, une pratique propre aux pays démocratiques, au-dessus de l’allégeance politique et du népotisme. De ce fait, ces institutions sont les plus habilitées à évaluer le rendement du PDG.

Les associations regrettent que le Syndicat général de l’information soit utilisé pour alimenter et raviver cette cabale. Sachant que son secrétaire général s’était mobilisé, sous Ben Ali, pour “être au service du pouvoir, notamment au cours des élections présidentielles.”

Ce même secrétaire général n’a pas manqué, au lendemain de la Révolution, de prêter main forte à certains groupes de pression politiques et commerciaux pour empêcher l’application de nouveaux textes de loi jugés progressistes en matière de régulation des médias et salués par des ONGs nationales, arabes et internationales.

Les associations sous-signées appellent à un audit au sein de l’Etablissement de la Télévision Tunisienne afin d’évaluer le lourd héritage légué par les années de dictature et de recrutement basé sur l’allégeance partisane et le népotisme. Un audit qui ferait également la lumière sur le fonctionnement de la direction générale et sur les différents obstacles entravant la réforme de ce service public. L’opinion publique devrait être informée des résultats et des recommandations de cet audit.

Les signataires:

La Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme

L’Association tunisienne des femmes démocrates

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux

Le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie

L’Association Vigilance pour la Démocratie et l’Etat civique

Le Centre de Tunis pour la liberté de la presse

L’Association tunisienne de défense des valeurs universitaires

L’Organisation 23_10 d’appui à la transition démocratique